Fermeture de tous les chantiers du Groupe Satov

Compte tenu de la crise due au Covid-19, l’ensemble des salariés du Groupe a quitté l’entreprise depuis le 17 mars à 12h, et ce conformément aux recommandations du gouvernement.

 

Plus de la moitié de nos collaborateurs disposent du matériel leur permettant de travailler en télétravail.
Mais notre métier est de construire, sans chantier, le télétravail atteint vite ses limites.

Au niveau commercial, nous avons peu de nouveaux contacts. Le traitement des prospects en cours est limité car difficile à distance. La préparation des dossiers pour la signature des contrats est quasi impossible. De plus, pour faire sérieusement notre travail, nous manquons d’éléments essentiels pour leur préparation d’un point de vue administratif et technique, du fait de la fermeture partielle ou totale des nombreux établissements publics et privés avec qui nous devons collaborer.

 

Au niveau du bureau études, c’est la partie sur laquelle nous pouvions jusqu’ici avancer. Après 10 jours passés, le nombre de dossiers à traiter qui nous permettront d’optimiser notre reprise se raréfie. Se mettre complètement à jour de tous nos dossiers, induirait que nous n’aurions plus rien à faire à la reprise, à part se mettre au chômage technique…

 

Au niveau chantier, les négoces après avoir été fermés, ont réouvert partiellement, pour la plupart sous contrainte. Les entreprises ont été quasiment toutes fermées. Certaines sont prêtes à recommencer, mais nous n’avons toujours pas reçu les dispositions à prendre sur nos chantiers, dispositions qui seront dans la plupart des cas compliquées voire impossibles à appliquer, si l’on reste objectif.

 

Dans ce contexte, hormis les urgences nous avons décidé de maintenir le confinement de nos collaborateurs, jusqu’au moment où les conditions de reprise seront acceptables, pour leur santé, et celle de toutes les personnes avec lesquelles nous travaillons.

 

Sur nos chantiers, accepter d’avoir des personnes, même en respectant des règles établies, c’est accepter des déplacements « non indispensables » de personnes, et donc de déroger au confinement qui aujourd’hui, pour le corps médical est la seule option pour enrayer cette crise. Faut-il accentuer les difficultés, déjà plus que complexes, du corps médical ?

 

Nous devons donc faire le choix entre économie et santé : la nôtre et celles de nos proches.

 

De plus, en reprenant une activité qui atteindrait au mieux 25% de notre activité « normale », avec des risques et dans de mauvaises conditions de productivité, cela nous ferait « gagner » au mieux 1 semaine pour 4 semaines de confinement. Le risque pour une semaine en vaut-il la peine ?

 

Dans ces conditions, je prends la responsabilité de maintenir la fermeture de tous les chantiers du Groupe SATOV. Seules les urgences liées à la sécurité des chantiers et des personnes pourront déroger à cette règle. Je déciderai de la reprise de tout ou partie des chantiers quand les conditions seront propices.

 

Les entreprises qui malgré tout dérogeraient à cette disposition, le feront sans notre consentement, et sous leur stricte responsabilité, aucun suivi de chantier n’étant assuré. Nous rappelons également que l’accès à nos chantiers reste strictement interdit à toute personne.

 

Cette situation n’est satisfaisante pour personne. Les livraisons de chantiers ne pourront probablement se faire dans les délais prévus pénalisant nos clients. Le chômage partiel va pénaliser l’ensemble des collaborateurs. Et pour nos entreprises, l’impact à court, moyen et long terme est inévitable.

 

Ensemble nous devrons trouver des solutions pour repartir rapidement et limiter au maximum l’impact, pour nos clients, nos collaborateurs et nos entreprises. Pendant ce confinement, gardons le contact, par téléphone, mail et visioconférence : 06.61.63.91.93 et infos@groupesatov.fr

Notre équipe et moi-même restons à votre écoute.

 

Bon courage à tous pour les jours et les semaines qui viennent.

 

Jocelyn MERCERON
Gérant du Groupe Satov
justo venenatis accumsan ipsum Donec ante. nunc neque.